info
Nous vous souhaitons la Bienvenue.

Présentation

Le Groupe G.O propose au gouvernement du Sénégal, de l’accompagner dans le processus de la mise en place d’un projet de gestion des déchets biomédicaux.

Le dépôt des déchets de soins médicaux dans des zones non contrôlées peut provoquer la contamination des sols et des nappes souterraines. Si pendant l’incinération, un filtrage propre n’est pas effectué, l’air peut également être pollué et peut causer des maladies. Ces risques doivent être pris en compte dans le choix de méthodes de traitement et d’élimination des déchets par la réalisation d’une évaluation d’impact environnemental. Toutes les personnes exposées aux déchets de soins médicaux dangereux courent, potentiellement, le risque d’être blessées ou infectées. Il faut donc agir pour protéger les personnels de santé, les patients internes ou externes, les visiteurs, les ramasseurs d’ordures, le grand public, et plus spécifiquement, les enfants qui peuvent jouer avec des objets se trouvant dans les déchets à l’extérieur des établissements sanitaires.

C'est dans ce contexte que le projet couvrira la gestion des déchets biomédicaux allant de la collecte à l’élimination finale par des méthodes sûres et sécuritaires pour la santé et l’environnement. Il abordera aussi les aspects techniques, technologiques, institutionnels et réglementaires, financiers et environnementaux qui concernent l’évaluation des quantités produites, collectées et éliminées, la typologie de ces déchets, les équipements de conditionnement, de transport, de traitement (décontamination, incinération, ...) existants et le taux de couverture. Elle sera abordée à partir des données disponibles dans le secteur de la santé (hôpitaux, cliniques, centre de santé, laboratoires, pharmacies, etc.) et l’estimation de leurs productions de déchets biomédicaux suivant les indications fournies par la littérature spécialisée dans ce domaine (selon le type d’installation et le nombre de lits ou le niveau de fréquentation). Des repérages seront aussi faits afin de mieux décrire les pratiques de gestion existantes et la nature des équipements utilisés. Des entretiens avec les responsables des établissements de santé ou des sociétés de nettoiement, des ministères techniques impliqués, du personnel d’opération des unités de traitement serviront de complément essentiel dans la mobilisation de l’information.